Pierrick Berteloot – Député du Nord

Question écrite Miscanthus et agroalimentaire #Agriculture et souveraineté alimentaire

J’ai demandé au ministre de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire de se pencher sur l’extension préoccupante de la culture du miscanthus, qui empiète progressivement sur les terres dédiées aux cultures alimentaires. Actuellement, la France métropolitaine compte environ 11 000 hectares de miscanthus, une source notable de biomasse renouvelable, avec une augmentation annuelle de 14 % au cours des dernières années.

Depuis 2017, les surfaces cultivées en miscanthus ont doublé, impliquant désormais 2 467 exploitations en 2023. Le problème réside dans le fait que la culture du miscanthus, en raison de ses coûts de mise en place, immobilise les terres pendant une période moyenne de 20 ans, nécessaire pour rentabiliser l’investissement. En conséquence, ces terres ne contribuent plus à la chaîne alimentaire, compromettant ainsi la production alimentaire destinée à la consommation humaine et animale.

Cette situation représente un risque significatif, notamment pour les régions à vocation agricole comme les Hauts-de-France, où 1 254 hectares de miscanthus sont actuellement plantés. Il est impératif d’interroger le ministre sur sa connaissance de cette problématique et sur les mesures qu’il envisage de prendre pour rétablir un équilibre entre la culture agroalimentaire et la production de miscanthus. Cette croissance exponentielle de la culture de miscanthus au détriment des cultures alimentaires suscite des préoccupations quant à la souveraineté alimentaire française, et il est crucial d’adopter des stratégies qui préservent cet équilibre tout en favorisant le développement durable.

Capture d’écran 2023-08-09 à 14.03.49

Restez informé de la politique locale !

Inscrivez votre mail juste ici pour recevoir les newsletters du député !

Vous avez été inscrit ! Oups! Une erreur est apparue...